Assurance de prêt : conseiller la bonne quotité à vos clients emprunteurs

La souscription à l'assurance pour un couple d'emprunteurs impose de définir une quotité idéale qui va permettre de protéger au mieux chacun des deux en toutes circonstances. Cette équation requiert l'expertise d'un courtier.


100% ou 200% ?

La quotité d'assurance représente en pourcentage la part du capital emprunté qui sera garantie par l'assureur. Un client qui emprunte seul se voit toujours attribuer une quotité de 100% puisqu'il est seul à supporter les risques. A deux, les risques sont partagés, ce qui nécessite une répartition de la couverture d'assurance en fonction du profil de chaque co-emprunteur.

Le calcul de la quotité se fait à l'aune des risques que chaque assuré incarne. Si les risques sont partagés équitablement (même niveau de salaire, même état de santé), les deux têtes écopent d'une quotité identique :

  • 50% : la mensualité sera couverte à 50% en cas de défaillance d'un des deux ;
  • 100% : la mensualité est intégralement prise en charge.


Dans le premier cas, en cas de décès d'un des conjoints, l'autre devra assumer la moitié du capital restant dû, une probabilité qu'il convient d'anticiper à la souscription. Dans le second cas, on aboutit à une quotité de 200%, soit une protection maximale mais le coût de l'assurance est doublé. Sous réserve qu'elle totalise 100%, la quotité peut aussi être répartie de manière inéquitable en fonction de divers paramètres qu'un bilan de prévoyance permettra de faire émerger.


Bien évaluer les risques pour définir la bonne quotité

Le rôle du courtier est d'accompagner ses clients en leur posant les bonnes questions pour évaluer au plus juste des risques à couvrir afin de proposer la meilleure couverture. Faire un état des lieux et anticiper les probables évolutions vont guider le courtier dans le choix de la quotité adaptée.


Un crédit immobilier court sur une durée généralement longue durant laquelle des changements peuvent survenir dans la vie du couple. Le questionnaire de santé éclaire déjà sur d'éventuelles différences entre les co-emprunteurs : l'un fume, l'autre pas, l'un présente des antécédents, etc. Au regard de la situation médicale de chacun, il sera possible de choisir des quotités distinctes entre les deux assurés sur les garanties décès-PTIA, et IPT (invalidité permanente totale).


Les différences salariales sont prises en compte. Il semble équitable de faire endosser la quotité la plus élevée à celui qui gagne le plus. Il faut également s'intéresser aux évolutions de carrière à plus ou moins long terme. Le patrimoine de chacun sera lui aussi étudié pour anticiper le règlement d'un éventuel divorce.


Changer de quotité en cours de prêt

L'irrévocabilité des garanties est un principe clef d'un contrat d'assurance emprunteur. Quelle que soit l'évolution de leur situation personnelle ou professionnelle qui interviendrait après l'adhésion, les co-emprunteurs sont couverts aux conditions et au tarif définis à la souscription. Néanmoins, un changement majeur peut amener à vouloir modifier les quotités. L'accord du prêteur est indispensable pour cette opération.


Parce qu’elle va réduire la protection des assurés, la diminution de la quotité semble un scénario improbable. Une augmentation de quotité ou une nouvelle répartition entre les co-emprunteurs est envisageable, et va entraîner la modification du tarif. Le changement de contrat est une solution mais reste conditionné à l’équivalence de niveau de garantie.


Les experts de Simulassur by Eloïs vous accompagnent dans vos demandes de délégation pour trouver le contrat adapté au profil de chacun de vos clients emprunteurs.


Publié le 19/07/2018