Crédit immobilier et assurance emprunteur : les inégalités hommes/femmes

L'homme demeure le sexe fort en matière de crédit immobilier et a fortiori d'assurance de prêt. Dans une étude visant à mettre en lumière les disparités entre les hommes et les femmes, le courtier Magnolia.fr révèle que l'interdiction de différenciation tarifaire par le genre dans le domaine de l'assurance pénalise les femmes.


Inégalités salariales : les emprunteurs femmes moins nombreuses que les hommes

Magnolia.fr a basé son étude sur les quelque 5 532 souscripteurs d'assurance emprunteur ayant fait appel à ses services en 2018. 3 116 sont des hommes soit 56% de ce total. Pour mettre en exergue les disparités hommes/femmes, le courtier a isolé les 1 746 emprunteurs ayant contracté seuls leur crédit immobilier. 68% sont des hommes soit 1 186, un chiffre qui témoigne d'un accès à la propriété plus difficile pour les femmes quand elles ne sont pas accompagnées d'un co-emprunteur. Cette distorsion de la parité est due principalement aux disparités salariales entre les hommes et les femmes. Ces dernières perçoivent en moyenne 25% de moins par an que leurs collègues masculins. En équivalent temps plein, la différence est de 17%, toujours en défaveur des femmes. A poste et expérience similaires, l'écart atteint 12,8%. Si l'on ne peut remettre en cause une équité de traitement hommes/femmes dans l'accès au crédit, il est manifeste que les femmes, compte tenu de revenus inférieurs par rapport à aux hommes, disposent d'une capacité d'emprunt plus faible. Chez Magnolia.fr, 31% des emprunteurs hommes sont des cadres contre 11% des femmes. Cela se traduit directement sur les montants empruntés et la durée de crédit.


Crédit immobilier plus cher pour les femmes

Toujours sur la base des emprunteurs seuls de Magnolia.fr, un homme qui finance seul son achat immobilier emprunte en moyenne la somme de 174 337€ contre 165 674€ pour une femme seule, soit 11% de moins. Un couple contracte quant à lui un prêt moyen de 206 000€. Deux autres paramètres rendent compte de la disparité hommes/femmes : le taux et la durée d'emprunt. Un homme bénéficie d'un taux d'intérêt moyen de 1,60% (hors assurance), quand une femme paie des intérêts au taux de 1,76%. A taux plus élevé, durée de remboursement plus longue : une femme seule s'endette sur 211 mois (un peu plus de 17 ans et demi), tandis qu'un homme rembourse son crédit en 190 mois (un peu moins de 16 ans). Les pénalités qui frappent les femmes en matière de crédit immobilier ne s'arrêtent pas là : en assurance emprunteur, les femmes sont là encore désavantagées.


Equité en assurance : les femmes pénalisées

L'injustice perdure en assurance emprunteur, alors que la réglementation prône l'égalité des sexes en matière de tarification. Depuis décembre 2012, la Cour de justice européenne garantit l'égalité de traitement entre les hommes et les femmes en ce qui concerne les primes d'assurance, interdisant aux assureurs de faire une différenciation tarifaire en fonction du genre : à niveau de risque équivalent, hommes et femmes paient une prime identique. La réalité est toute autre. Sur la durée totale du crédit, le coût de l'assurance de prêt s'élève à 4 931€ pour une femme seule contre 4 589€ pour un homme seul. Cet écart s'explique par le taux d'assurance plus faible pour l'homme (0,16% contre 0,172%). Alors que les femmes sont des profils moins risqués, se traduisant par une moindre activation de la garantie décès/invalidité, elles paient plus cher leur assurance emprunteur, un paradoxe alors que la Cour de justice de l'UE a mis fin à la discrimination femmes-hommes dans les contrats d'assurance.


Publié le 13/03/2019